Saga, le comics coup de coeur

Saga ou un gros gros coup de coeur comic, avec un univers complètement à part, et très dense.

Pour situer un peu le contexte, on se trouve sur la planète Clivage qui permet à deux nations de se faire la guerre depuis très longtemps, sans mettre en danger les civils de part et d’autre. Ces deux nations sont facilement reconnaissables : les habitants de Continent qui ont la particularité physique d’avoir des ailes (peut importe le « type » d’aile, ça va des ailes de chauve souris aux ailes de libellule), tandis que les habitants de Couronne, appelés aussi les luniens (Couronne étant la lune de Continent), ont des cornes.

Vous aurez donc compris que l’on aura affaire à un mélange de space opéra et de fantasy.

D’ailleurs on comprend au fur et à mesure que les luniens se battent à l’aide d’objets qui ont l’air d’être magiques, tandis que les habitants de Couronne préfèrent l’usage de la technologie. Et ai-je parlé des dirigeants de Couronne, qui sont tout simplement une monarchie constitué d’humanoïdes avec une tête en forme d’écran cathodique ?

Et là vous vous dites que ça doit être un sacré bordel… Oui un peu. Mais tout est bien amené, pas forcément expliqué au fur et à mesure, un peu comme si on débarquait au milieu d’une planète et qu’on devait essayer de comprendre par nous-même ce qui se passe. Chose qui n’est pas déplaisante, les « explications » et « rappels » souvent présent dans les comics paraissent lourds et maladroits à côté.

En même temps, ce soit-disant bordel s’organise autour d’un couple particulier : Alana une ailée et Marko le lunien. Un couple que tout oppose et qui pourtant va donner vie à un petit être, ailé et cornu : Hazel. De temps en temps, Hazel intervient comme si elle racontait l’histoire, comme si elle n’était pas un bébé de quelques jours. Peut être que ce tome 1 n’est qu’un gros flashback et que les suivants développeront aussi le temps présent, où Hazel est plus grande ?

J’ai adoré suivre ce couple, qui essaie malgré les difficultés de fuir cette planète, ce champ de bataille, pour pouvoir vivre au lieu de survivre. Et si le scénario peut vous sembler bateau (encore un Roméo et Juliette ?), sachez que le scénariste est Brian K. Vaughan, scénariste de Lost mais aussi de Y, le dernier homme, et ça devrait vous rassurer. Les personnages ne sont pas des simple stéréotypes de genre (attendez de découvrir La Traque), et les dialogues permettent d’assoir la personnalité de chacun.

Je l’ai déjà dit mais je me répète, c’est un gros coup de coeur et j’attends la suite avec impatience !

Share your thoughts