Conférences de l’E3 et réflexion sur le jeu vidéo

En fervente adoratrice des jeux vidéo, j’ai bien évidemment suivi et commenté quelques unes des conférences de l’E3 en direct, et d’autres en différé / via des sites de news (d’ailleurs, pour un replay de qualité c’est sur Nowatch qu’il faut aller !).

Le résultat ? Je suis de moins en moins émerveillée par toutes ces annonces. Des suites en veux-tu en voilà, des suites qui n’innovent pas ou reprennent des éléments d’autres séries à succés (voir où on rajoute une touche de Kinect ou de social, c’est tellement à la mode)…

Pourtant je suis persuadée que l’on peut faire des suites qui en valent le coup, il suffit de voir comment Rayman Origins a réussi à redonner ses lettres de noblesses à un jeu plus tout jeune (même si le risque d’avoir des suites banales existe encore), ou comment les premières images Beyond Good and Evil (leakées mais pas montrées à l’E3) ont démontré que la série a grandit et murit…

Malgré ça, les grands du jeux vidéo ont peur de prendre des risques, d’éduquer un public nourrit aux suites plus ou moins utiles, en les mettant face à de la “vraie” nouveauté, ou au moins des partis pris. Pourtant ils peuvent encore nous surprendre : Ubisoft l’a très bien fait avec Watch Dogs qui a réussi à nous secouer…

Mais à qui la faute ? Aux joueurs qui en achetant chaque année une suite, montrent à l’industrie qu’elle peut se remplir les poches facilement, ou aux éditeurs qui restent dans leur zone de confort ?

A ceux qui recherchent des jeux surprenants, intelligents, oniriques (et encore tellement d’adjectifs) tournez-vous vers les indépendants. On y trouve plein de pépites.

Share your thoughts