Ivy The Kiwi

Pas d’explosion, pas des couleurs partout à nous rendre dingues, non, seulement un petit jeu de plates-formes où il suffit d’emmener un bébé kiwi du point A au point B. Sauf qu’évidemment ce n’est pas si facile que ça! Des stalactites et stalacmiques nous barre le chemin, tout comme les animaux (volants ou pas), les gouttes d’eau qui tombe du plafond, enfin bref, tout est fait pour que notre petit kiwi ne retrouve pas sa mère…

Heureusement que nous sommes là, simple humain armé d’un stylet dans le monde réel, mais dieu créateur de la flore (enfin de lianes de vigne) dans le monde de notre kiwi!

Oui, vous avez bien compris: le kiwi court tandis que l’on dessine des lianes.

Trop facile vous allez dire? Que nenni! Les lianes ont une longueur maximale sous peine de craquer, et voir notre protégé dégringoler, à quoi se rajoute une limite de nombre: il ne peut y avoir que trois lianes simultanément sur l’écran (si on en dessine une quatrième, la première liane dessinée se fanera pour respecter le nombre limite). De plus, des briques peuvent aussi nous barrer le chemin, il faudra alors utiliser nos lianes comme une fronde, pour envoyer le kiwi les détruire.

Rajoutons à cela des feuilles à ramasser (facultatif mais tellement plus prenant si on essaie de toutes les avoir), un chronomètre qui entraîne un game over si on le dépasse, des   cartes labyrinthiques et le jeu devient complètement addictif. Petit détail rigolo : à la fin de chaque niveau, il y a un podium. Le but étant d’amener notre kiwi sur la plus haute marche afin d’avoir un petit bonus (ça ne vous rappelle pas un certain plombier et les sauts sur les mâts en fin de niveau?).

Petit conseil: pour bien profiter du jeu, ne vous contentez pas d’amener le kiwi au podium, mais essayez de jouez un minimum le scoring en récoltant toutes les feuilles tout en allant le plus vite possible…

Les parties étant courtes, on peut facilement jouer le temps d’un petit trajet dans les transports en commun, mais reste le risque de rater son arrêt…

Share your thoughts